Vidéos studio

Des vidéos qui ne sont pas tant des clips ni nécessairement des musiques finies que des expériences sonores filmées et parfois mises en scène.
Habitué à utiliser un large panel sonore pour les projets de commandes (bruitages, instruments virtuels ou sons électroniques), je propose ici des jeux exclusivement basés sur des instruments ou objets acoustiques, préparés, parfois détournés ou traités électro-acoustiquement.

LA COMBINATOIRE À COMBINES V2!
Des potentialités bien élargies.
≈ 100 instruments-bruiteurs-objets, 
278 cellules acoustiques (x ≈3 octaves),
≈ 10.000 sons « accordés ».
Les sous-sélections, manipulations et traitements sont enrichis, les phrasés plus longs (4 échantillonneurs).  
Quelques formules mathématiques m’ont tourneboulé quelques temps (du type : (Input*0.49469) +0.2706 ; Max(Min(Input, 0.95552), 0.743447)…).
L’interface de jeu est réduite, concentrée (pour le moment) sur la clavier-contrôleur et le mbira.

Détails #1 (V2)

LA COMBINATOIRE À COMBINES
est un ensemble amplifié dédié à la scène comprenant une base d’échantillonnage sur clavier-contrôleur, des pédales MIDI, un ordinateur et un mbira électroacoustique préparé. Peuvent se greffer divers instruments périphériques au gré des humeurs et possibilités.
Préalablement, plus de cent instruments-objets  acoustiques ont été enregistrés en studio ou en voyage dont certains en techniques étendues. Puis, 177 cellules sont choisies et minutieusement préparées une par une, transposées au clavier-contrôleur sur une moyenne de 3 octaves (6372 sons), classées en séries, sous-séries et parfois préprogrammées. Des matériaux texturés ou lisses, du grave à l’aigu, avec ou sans attaques, à hauteurs déterminées ou pas, avec ou sans vibratos, tremolos, des tenudos, staccatos, glissandos…le spectre acoustique est très élargi, les registres multiples.
C’est une programmation aléatoire faite de probabilités qui permet ensuite de rejouer, revitaliser ces milliers de cellules. Les sons sont tirés au sort au clavier mais pour ceux harmoniques ou mélodiques une touche do produit une hauteur en do (flutes, métallophones, gongs, cithares…), le système tonal est donc relativement conservé avec ses opportunités propres. Surviennent néanmoins systématiquement des combinaisons surprises, hybridations imprévisibles qui demandent à être accueillies et apprivoisées dans l’action avec toute l’attention et réactivité requises…et des outils spécialement développés pour l’occasion. Car il s’agit de favoriser périodiquement la concentration, les modulations musicales dans la longueur sans succomber à la confusion et à l’envahissement de timbres hétéroclites. Le procédé s’associe alors à différents types d’échantillonnage en temps réel développant dynamiquement des cycles-répétitions-rythmisations. Des traitements électroacoustiques en direct viennent également affecter communément ou isolément les strates de constructions sonores. Des instruments individuels, l’ample mbira notamment, apportent de la constance tel un fil tendu. L’articulation des sons peut maintenant osciller entre le vertige d’une hétérogénéité débordante et la contenance de lentes transformations minimalistes. Au-delà du protocole de hasard, s’exposent quelques intentions et mouvements musicaux prémédités.
Un dispositif qui concilie le numérique avec la matérialité de sources acoustiques mais aussi la tradition des musiques indéterminées avec celle des musiques répétitives. C’est une orchestration soliste sans cesse renouvelée comme autant d’explorations semi-improvisées à la sensualité fantastique et aux polyrythmies facétieuses, un peu bruitistes-ambient-traditionnelles-electronica-expérimentales-minimalistes-électroacoustiques-contemporaines sur les bords.

Détails #1 (V1)

Détails #2 (V1)
Où les musiques peuvent être un peu bruitistes-traditionnelles-electronica-expérimentales-minimalistes-électroacoustiques-contemporaines sur les bords.

La nuit rotatoire (V1)
Où les endormissements étaient accompagnés de rythmies, de mouvements de la tête, d’avant en arrière comme faisaient les lecteurs de la Torah à la synagogue avec papi, comme de doux headbangings.

DANS MA BOUCHE 1 (version courte)
Où l’on peut entendre l’électromagnétisme appliqué à la guimbarde. À une première main libérée vient s’ajouter par quelque subterfuge la deuxième. Alors même que le champ visuel est contraint, s’offre néanmoins en temps réel la possibilité d’un ensemble électro-indo-estonico-cubain des pieds à la tête. Le jeu est précédé d’une séance de pranayama utile mais non visible.
Pour guimbarde en C – générateur de pulsations continues – voix, shruti-box à pédale, marimbula, ressort, 4 pédales MIDI- traitement en temps réel et 3 microphones.

TECHNO TRÈS EN FORME DE VANITÉ
Où je passe à table avec quelques cachotteries organologiques.

VERTIGE DES HAUTEURS 1
Une première étape de compositions avec des carreaux de terre cuite ici en duo avec mon fils (Jasmin 8 ans). Suite à venir.
[Confinement] 1er mai 2020 / 20h04

DÉGUISEMENT 1, pour percussions, papier aluminium, traitement temps réel et 8 microphones.
séquences 1- 2

séquences 3- 4

À L’ÉTOUFFÉ, où pour une fois assis et à la bonne hauteur, presque tout s’échappe de la centrifugeuse à chaussettes.
Pour 2 cymbales crash, diverses percussions, traitement en temps réel et 9 microphones.

À L’ÉTOUFFÉE – NAPPING, où assis dans une brume digitale, s’échappent encore quelques sonorités de la centrifugeuse à chaussettes.
Pour 2 cymbales crash, diverses percussions, traitement en temps réel et 9 microphones.

DEMI-SPHÈRES (CULBUTOPHONE)
où naissent des hauteurs qui -à défaut d’être parfaitement justes (dans l’échelle occidentale en tout cas) mais pour peu que la confiance en sa propre écoute soit activée- viennent titiller l’oreille dans une étrange familiarité harmonique de l’à-peu-près.
Un lent rituel païen pour moules à pâtisseries, demi-sphères inox et acier, tambours, bougies et 6 microphones.

DEMI-SPHÈRES SUR MOUSSE
Pour moules à pâtisseries, demi-sphères inox et acier S235, scies-cloches, fond et raccord à souder, ressorts d’horlogerie et 6 microphones.

SPHÈRES n’est pas une partie de pétanque tout à fait réglementaire. C’est une référence (révérence !) à Filippo Buonanni (jésuite collectionneur au 17ème siècle) dans laquelle la gravure provient d’un ouvrage documentaire -avec portraits de musiciens- faisant la part belle à de nombreux bruiteurs, ready-mades organologiques ou instruments fonctionnels.

 

  • Me contacter :

    contact (at) sachagattino (point) com